Collaboration constructive entre le Sameth 31 et l’Astia

A l’occasion du 34ème Congrès National de Médecine et Santé au Travail qui s’est tenu du 21 au 24 juin 2016, le Sameth 31 a été sollicité par l’Astia Toulouse pour illustrer leur collaboration constructive en faveur du maintien dans l’emploi limitant ainsi les cas de désinsertions professionnelles.

Les situations d’inaptitudes médicales sont de plus en plus nombreuses aboutissant, dans la grande majorité des cas, à des désinsertions professionnelles, malgré l’obligation de reclassement professionnel qui incombe à l’employeur. Quelles collaborations et coopérations mettre en place afin de limiter voire inverser cette tendance? C’est au travers d’un partenariat initial entre le médecin du travail et le service d’ appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés (SAMETH) que le sujet est abordé dans l’entreprise. Le salarié en difficultés de santé et présentant des restrictions plus ou moins importantes à son poste de travail, est pris en charge initialement par le médecin du travail, en visite médicale individuelle et tout particulièrement en visite de pré-reprise. La demande de reconnaissance en qualité de travailleur handicapé est proposée soit par le médecin du travail soit par le médecin traitant. Le salarié est dirigé vers un conseiller du SAMETH pour explication du dispositif et des aides possibles de maintien en emploi (sur son poste d’origine ou à un autre poste). Cette phase doit être engagée le plus en amont possible, pendant l’arrêt maladie du salarié afin d’augmenter les chances de réintégration dans l’entreprise..  Les propositions d’aménagement sont alors discutées entre le médecin du travail et le conseiller du SAMETH, puis dans un 2è temps, avec l’employeur, en présence ou non du salarié. Les aménagements proposés peuvent prendre des formes différentes : techniques ou organisationnelles, éventuellement sur un autre poste de travail. Les propositions doivent répondre aux capacités fonctionnelles du salarié affecté par son handicap (moteur, sensoriel, mental ou psychique). Elles doivent également prendre en compte les contraintes de l’entreprise et de son organisation pour garantir la pérennité du poste. Des dispositifs spécifiques de compensation peuvent être mobilisés afin de répondre au mieux aux besoins de chaque situation (par exemple pour les patients cérébro-lésés). Il est possible également de faire appel à un ergonome pour objectiver les contraintes du travail au regard des spécificités du handicap du salarié et identifier les possibilités d’aménagements en lien direct avec la compensation du handicap . L’objectif final étant de permettre au salarié de reprendre une activité professionnelle dans les meilleures conditions possibles pour sa santé et sa sécurité. L’employeur peut ainsi réintégrer son salarié après avoir bénéficié d’aides financières et logistiques adaptées.

L’article original est paru sur le site http://www.medecine-sante-travail.com suite au Congrès national de Médecine et Santé au Travail qui s’est tenu à Paris du 21 au 24 juin 2016.

Auteurs / Co-Auteurs : Naïma HOFFMANN, Toulouse, ASTIA, Christelle LACHAUME, Toulouse, SAMETH

Pour voir le poster du thème, cliquez sur ce lien : poster-collaboration-sameth-31-et-astia

, ,

da0ce9b4368238ff9663b598747e9442HHHH